D’un caravansérail à l’autre (JA)

Par Attila le 31 octobre 2011 10 h 39 min

Les Philippines seront-elles invitées au banquet du G20 ? Pourtant ce petit pays (aux normes du G20) détient deux records du monde non des moindres:
– le premier homme à avoir fait le tour du globe (ou circumnavigué) est le philippin Enrique de Malacca, esclave et interprète de Magellan, en avril 1521.
– le sept-milliardième habitant de la terre est une philippine au doux prénom de Danica. Il y a de ces hasards …
Par Attila le 1 novembre 2011 15 h 04 min

Papandreou lit donc ce blog puisqu’il passe par son peuple, enfin. Mais sait-il à quel jeu il joue ? Le referendum est une arme dangereuse car elle s’écarte toujours de son objectif. Et puis, le peuple donne sa voix sans réfléchir de la conséquence désastreuse dont elle peut être la cause. Alors, c’est patatras, tout ça pour ça ? Comme chantait Georges Brassens, quand on est con, on est con. Le tonneau des Danaïdes s’étant brisé, courage à ceux qui essayeront de recoller les morceaux …L’intelligence humaine a des limites, sa bêtise non.

Par juannessy le 1 novembre 2011 15 h 54 min

Il est certain que tous les grecs n’ont pas l’intelligence d’Attila , ni les moyens de visiter l’Amérique latine pour occuper leur retraite , et y puiser de bons conseils .

Ils ont leurs vices et leurs vertus .

Le referendum comme l’ironie est une arme à double tranchant .

Mais au moins , c’est une arme pour enfin donner un coup de pied réel dans la fourmilière des idées toutes faites et trop bien héritées du passé par ceux qui confisquent à leur seul profit la richesse créée ou virtuelle , cette fourmilière bâtie de préjugés non conscientisés et qui fait de l’accumulation et de la spéculation l’alfa et l’oméga de la nature humaine .

Un referendum même raté vaut mieux que la servitude non contestable qui ne nourrit déjà même plus a minima les serfs et valets .

Le refrendum grec je le reçois comme la reconnaissance de la Palestine à l’Unesco . A un certain moment , le respecte de soi et de sa descendance pousse à dire Non , ça suffit , j’existe , je suis homme , peuple , c’est moi qui travaille et qui paie l’addition , je vaux autant que vous .

Les grecs risquent de le regretter ? mal juger du choix que monsieur Lamassoure leur propose déjà comme sujet de referendum : je peie 100% de mes dettes seuls , ou j’accepte que l’Europe en paie
50 % ).

Quoi qu’ils choississent ( peut être choisiront ils de ne rien rembourser du tout ce qui serait plus qu’un coup de pied à la fourmilière du capitalisme financier !), il est clair qu’ils devront en porter les conséquences qui peuvent être saignantes .

Mais ce sera leur choix , qui LES concernent .

Et qui concerne aussi tout le monde , car il est sur que ce sera un coup de tonnerre pour l’Europe .

Mais quelle Europe ? Celle des marchands et financiers dont le sytème auto-destructeur est la réplique-application-numérique « européenne » du système capitaliste mondial , dont chaque jour nous donne l’exemple de destruction des âmes , des corps , des cultures , des ressources , des équilibres biologiques , des relations humaines , de la confiance et de la sécurité ,de l’éthique , des Etats , de la puissance publique avec ou sans referendum ?

Le referendum arme dangereuse ? J’espère bien . Pour que les lignes bougent , et que la peur et la servitude changent de camp .

« Il suffit quelquefois d’être grossier pour n’être pas trompé par un habile homme ».

Le monde d’Attila , de Jacques Attali et de Juannessy meurt . Il est déjà mort même s’il ne le sait pas encore partout .

Un monde nouveau est à repenser .

Enfin .

Ailleurs sans doute que dans des G20 trace fossile d’un monde qui fut .

Et sans doute pas uniquement là où JA le souhaite ou l’imagine .

Liberté , Egalité , Fraternité .
Répondre

Par Attila le 1 novembre 2011 16 h 53 min

Cela me fait plaisir d’avoir éveillé votre vigilance, cher Cyrano de B., moi qui m’étonnais de ne pas vous voir vous manifester dans « Passer par les peuples, enfin », sujet qui vous tenait à cœur il y a peu (R.I.C, R.I.P., etc). Le marché, comme les peuples, agit à l’émotionnel, rarement à la raison. Le résultat d’un référendum étant imprévisible, il faut être prêt au pire. Rira bien qui rira le dernier …Bonjour chez vous.
Par juannessy le 1 novembre 2011 17 h 25 min

Cher Attila :

Si vous n’avez pas repéré ma rapide intervention dans le billet » Passer par les peuples , enfin » , c’est que votre grand âge atteint votre vision ; ça m’arrive aussi .

Sur le pire auquel il faudrait se préparer , pas de problème : on y est déjà , et seuls quelques vieux bourgeois comme vous et moi , n’en sont encore pas conscients .

L’histoire accèlère . Elle n’attend plus et c’est tant mieux , car nos élus devenus professionnels des médias et de la réception des lobbyistes , ne savent plus ce qu’est l’histoire . Certains croient même que ça n’a jamais existé, et c’est sur cet axiome qu’ils fondent leur carrière ( qui n’est plus celle où l’on entre quand nos aînés l’ont désertée) .

Pour ce qui est de rire :

Rire de la mort n’a jamais fait mourir de rire .

Mais l’humour à la Kierkegaard , ça peut aider.

Bonne soirée , une fois , aussi .
Répondre

Par juannessy le 1 novembre 2011 17 h 37 min

Petit complément pour montrer que les russes apprécient les grecs , et que l’on peut danser le sirtaki avec ou sans dettes .

Dans tous les cas il vaut mieux rester frugal pour garder le ventre plat et le souffle jeune :

http://www.youtube.com/watch?v=Ip-XQ1FJ3rE&feature=related
Par Attila le 2 novembre 2011 9 h 47 min

Les deux derniers sujets traités par JA étant intimement liés, je ne puis m’empêcher de publier ce que j’avais posté sur le site slate.fr, avec l’ajout ² sur Platon pour plus de clarté:
Théorie de la démocratie selon Karl Popper (extrait de Wiki)
Soumis par attila, le 30 octobre 2011 à 16h40
Popper ne distingue que deux types de régimes politiques : la démocratie et la tyrannie. Comme à son habitude, Popper n’attribue pas plus d’importance qu’il n’en faut aux mots ; on ne doit comprendre, par ces deux termes, que des repères terminologiques. Ainsi, ce n’est pas par l’étymologie que Popper va définir la démocratie, qui serait alors le « gouvernement du peuple ».
La question classique depuis Platon « Qui doit gouverner ? »² est rejetée par Popper comme étant essentialiste (terme qu’il a inventé, pour celui de « réalisme des universaux »). À ce problème, il propose d’en substituer un plus réaliste : « Existe-t-il des formes de gouvernement qu’il nous faille rejeter pour des raisons morales ? Et inversement : existe-t-il des formes de gouvernement qui nous permettent de nous débarrasser d’un gouvernement sans violence ? ».
Sera ainsi qualifié de démocratique, un régime dans lequel les dirigeants peuvent être destitués par les dirigés sans effusion de sang. Tout autre gouvernement dans lequel la destitution des dirigeants ne peut passer que par la violence pourra être qualifié de tyrannique.
Le problème auquel s’attachera Popper sera alors de penser l’organisation de la démocratie de telle sorte que celle-ci permette au mieux la destitution des dirigeants. C’est pourquoi Popper rejette sans appel la démocratie directe et plus tard le scrutin proportionnel. En effet, avec la démocratie directe, le peuple est responsable devant lui-même, ce qui est une contradiction : le peuple ne peut se destituer lui-même. Avec le scrutin proportionnel, la plupart des partis sont nécessairement représentés dans les assemblées dans une plus ou moins grande proportion, quoiqu’il arrive lors des élections, et les partis majoritaires sont alors souvent forcés de devoir gouverner avec eux en créant des coalitions, ce qui signifie en clair que certains partis pourraient toujours participer au pouvoir et ne jamais être destitués.
C’est pourquoi la préférence de Popper va à la démocratie représentative avec scrutin majoritaire, et ce en raison de ce qu’il pense être les faiblesses de la démocratie directe et du scrutin proportionnel. De plus, il semble marquer une nette préférence pour le bipartisme, où le parti opposant a la charge de critiquer les hypothèses formulées par le parti majoritaire, et inversement. Le système des primaires internes aux partis permet de rajouter une autocritique des hypothèses à l’intérieur même des partis.

² » Chez Platon, les 3 parties de l’homme (besoins, cœur, savoir) correspondent à trois classes dans la société. Les premiers sont les paysans, les artisans, les commerçants qui excellent dans la conduite de la vie domestique.
Les seconds sont la classe des guerriers, chargés d’assurer la défense et qui veulent se distinguer par leur bravoure.
Les derniers sont les détenteurs du savoir, à savoir les philosophes.
La séparation des rôles induit chez Platon une hiérarchie des classes sociales. Pour lui, les philosophes (c’est la fameuse théorie du philosophe-roi) doivent diriger la cité. Les guerriers la défendre et le peuple la nourrir.
D’où vient cette hiérarchie ? Elle provient du rapport au savoir de chaque classe sociale. Le peuple est guidé par l’opinion (la doxa) et les illusions et ne peut donc décider rationnellement pour conduire les affaires de la Cité. Les guerriers recherchent la gloire, Platon leur reconnaît de la noblesse, mais une irrationalité car ils se fondent sur leur force physique essentiellement. Enfin, les philosophes sont dans un rapport intime avec le savoir, ils y consacrent toute leur activité. Il est donc logique, pour Platon, de leur confier les rênes de la Cité. » voir suite sur:
http://la-philosophie.com/democratie-platon-aristote



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.