Sauver Erasmus (JA-Slate)

Le paroxysme d’un problème
Soumis par attila, le samedi 24 novembre 2012 à 12h49

Le paroxysme d’un problème politique c’est le moment où les solutions envisagées par les différent(e)s parti(e)s deviennent paradoxales. C’est alors le moment le plus dramatique car il faut trancher et choisir une voie d’issue.
L’objectif premier du programme Erasmus est la promotion de la performance linguistique des jeunes en leur donnant la possibilité de vivre une immersion linguistique dans un pays étranger. En lançant ce programme d’apparence généreux, les responsables de l’UE avaient-ils la conscience qu’ils créaient plus un problème que d’apporter une solution ?
Car il y a un problème linguistique en Europe. Actuellement il y a 23 langues officielles dans une UE de 27 pays. Cela pourrait être pire dans l’avenir si l’UE continue à s’étendre. Cette situation est-elle gérable de façon efficace ? Non. Quel est le coût des problèmes linguistiques ? Énorme.
En théorie, l’UE a choisi trois langues majoritaire pour la gestion des grands sujets communautaires: français au début, puis se sont ajoutés l’anglais et plus tard l’allemand. Au lieu de s’en tenir à cette bonne décision et d’encourager son application, l’UE encourage aussi l’autonomie des régions qu’elle finance et n’essaie pas de limiter les multiplications des langues minoritaires ou même les dialectes locaux. Cela s’appelle la démocratie dont le résultat est la résurgence de partis nationalistes un peu partout. Si les nationalistes catalans l’emportent ce week-end, adieu à une Europe forte , première puissance économique, qui pourrait faire face aux autres grandes puissances. Après suivront l’Ecosse, la Flandre, l’Italie du Nord, etc. Je sais cela peut choquer les régionalistes (dont Herman Van Rompuy et son frère Erik sont les plus ardents architectes parmi d’autres membres du CD&V tel que Wilfrid Martens président du PPE, mais il faut savoir ce qu’on veut. Les États-Unis n’ont pas un programme Erasmus pour faire voyager leurs jeunes entre les 50 états et ils déposent dix fois plus de brevets grâce à leur langue unique devenue universelle.
Voici un lien sur le résumé du sommet de l’UE de ce weekend (jusqu’à la moitié de l’audio):
http://www.rtbf.be/radio/player/lapremiere/podcasts?c=lp-huit-inv&e=2241

D’après André Sapir, économiste conseiller de Mario Prodi, le saupoudrage des transferts des fonds structurels est de la poudre aux yeux.
Quant à mon post dont jf fait référence ci-dessus, j’ai pris l’exemple des USA pour l’avantage qu’ils ont d’avoir une seule langue usuelle au lieu de 23 pour l’UE. J’aurais pu prendre d’autres exemples de grands pays pays qui, même s’ils ont plusieurs langues, ont réussi à imposer une seule pour le traitement des affaires administratives, commerciales, judiciaires, etc. Dans le domaine commercial, économique, financier ou même politique et culturel, les USA ont montré qu’ils ne sont plus les exemples à suivre. Enfin, une première puissance mérite le respect, surtout quand elle possède entièrement les moyens de ses politiques.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s