Nationaliser l’Etat (JA)

jf59 – 3 décembre 2012 23 h 47 min
La dette française de 1800 milliards d’euros est détenue à 65% par des étrangers. Alors dire que la France n’est pas attractive est quand même fort de café.

D’ailleurs c’est bien connu, la France est le 2ème pays au monde pour la part des investissements étrangers. Bon, d’accord, l’essentiel c’est pour acheter de la dette française, et donc payer le Ribã (l’usure), mais enfin il y a toujours des rabats-joie.

Attila, j’ai vu un truc incroyable : de 1980 à 2011, la dette belge est passée de 48,5 milliards d’euros à 362,3 milliards d’euros. Et dans la même période, les contribuables belges ont payé 470,5 milliards d’euros de Ribã (d’usure, d’intérêt, source mars 2012 Banque Nationale de Belgique) ! Mais qu’est-ce-que vous fichez ??

Il vous faut une bonne flexisécurité comme les danois. En effet, le Danemark est grand comme un département français. Donc si au Danemark on vous mute à l’autre bout du pays, vous ne rentrerez que 20 minutes plus tard chez vous le soir pour vous occuper des devoirs des enfants. Ca va encore. C’est sûr que si on vous mute de Liège à Anvers, c’est un peu plus long, mais alors si on vous mute de Toulouse à Strasbourg, ça se complique !
Répondre Signaler un contenu abusif
Voter 0
Réponse de Attila – 4 décembre 2012 10 h 35 min
@jf59 : Me poser une trappe à minuit moins 13 min alors que je suis si bien dans les bras d’Orphée, quelle violence de votre part! Surtout s’agissant de la Belgique dont vous êtes si près mais si loin, comme moi-même, de comprendre la politique économique. N’étant pas doué en théorie économique mais sachant que deux choses sont essentielles dans cette branche des connaissances inventées par l’homme: 1)la fixation des prix d’un bien et 2) la fixation des taux d’intérêts (usure) de remboursement de dettes que vous appelez Riba. A propos de la première, voici ce qu’en dit Paul Jorion dans son dernier livre « Misère de la pensée économique », p.208-209:
« La découverte involontaire de Ricardo, confirmée ensuite par Sraffa, est qu’un domaine de l’ »économique » stricto sensu est illusoire: ce qui fonde ce qui apparaît comme l’ »économique » est ailleurs, dans le rapport de forces entre groupes humains définissables seulement en ceci qu’ils sont les récipiendaires de la rente, du profit ou du salaire. Autrement dit: une « science économique » est nécessairement une économie politique, et l’économie politique a son fondement dans la politique ». Je vous laisse le choix du casting des différents personnages dans ce jeux de fous en rapport au sujet de cette semaine. Quant au Riba, j’en cherche encore les chemins tortueux qu’il nous fait traverser.
Enfin, voici un humour belge bienfaisant :
http://www.rtbf.be/radio/podcast/player?id=1781198
Réponse de Attila – 4 décembre 2012 11 h 48 min
@jf59 : « Il vous faut une bonne flexisécurité comme les danois. » Vous parlez comme Madame Laurence Parisot, patronne du MEDEF. Flexisécurité, mot que le gouvernement Ayrault ne veut pas entendre. Pourtant on nous dit vouloir suivre les traces de l’Allemagne …
Réponse de jf59 – 4 décembre 2012 21 h 32 min
@Attila : je plaisantais, Attila…
Attila – 4 décembre 2012 11 h 36 min
L’État est nationalisé d’office puisqu’il est élu par la Nation, au moins dans les démocraties. Après son installation aux commandes, l’État a les « mains libres » de faire ce qu’il veut, surtout si l’opposition a déserté sa place et par là sa responsabilité. Ce qui est anormal et peut conduire à des situations désastreuses. Bref, à défaut d’être contrôlé, l’État devrait s’auto-contrôler, càd celui qui est en défaut démissionner. Sinon c’est un dysfonctionnement grave. CQFD.
Réponse de sylvie – 4 décembre 2012 13 h 30 min
@Attila : certains journalistes disent que François Hollande le garde parce qu’il représente la gauche plus à gauche dans le gouvernement. Mais je partage votre point de vue. Un ministre qui ne fait pas son travail dans l’intérêt du pays, surtout dans un domaine aussi sensible, n’a pas sa place au gouvernement.
éponse de Attila – 5 décembre 2012 10 h 17 min
@ollivier : Gouverner c’est choisir:
« Je ne me dissimule pas, et je ne vous dissimule pas la difficulté de réaliser des réformes. Ce n’est pas un hasard si, dans l’histoire, les réformes ont toujours été si difficiles que d’aucuns estiment qu’il faut une révolution pour y parvenir. Ce n’est pas mon sentiment. Un pays démocratique où la majorité doit avoir la prépondérance peut réaliser pacifiquement et dans l’ordre ce qui est dans l’intérêt du plus grand nombre, dans l’intérêt de la Nation.
[…]
Chacun de ceux, parmi vous, qui auront voté blanc ce soir devra suivre le gouvernement dans la bonne comme dans la mauvaise fortune, tant que le gouvernement lui-même n’aura pas trahi ses engagements. (Applaudissements sur certains bancs à gauche, sur plusieurs bancs au centre et sur quelques bancs à droite et à l’extrême droite.)
[…]
Je connais les scrupules respectables de ceux qui hésiteront à me faire une aussi large confiance. Je les comprendrai s’ils ne me suivent pas tout à l’heure. Mais, lorsque, par leur vote, ils m’auront chargé de constituer le gou­vernement selon les termes de la présente déclaration, ils ne pourraient plus révoquer, jusqu’à la réunion des Bermudes, le pacte intervenu entre nous, sans porter par là même un coup grave à la représentation et à la défense des intérêts du pays. (Applaudissements sur certains bancs à gauche, sur plusieurs bancs au centre et sur quelques bancs à droite et à l’extrême droite.)
[…]
Pourquoi suis-je amené à associer, à cette heure émouvante pour moi, les noms de ces hommes si différents ? C’est sans doute parce que, sous le signe de l’amour de la patrie, leur exemple signifiait le dévouement au bien public et le sens de l’État. (Vifs applaudissements à gauche, à l’extrême droite et sur de nombreux bancs au centre et à droite.)
Extrait de:
http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/mendes.asp
Vous me direz, autre temps, autre discours, mais tout de même … nostalgie.
Malheureusement on connait la suite de cet élan « nationaliste » de bon sens.
Attila – 9 décembre 2012 15 h 28 min
Voici le sujet de la semaine prochaine: « Que faire de 50 000 chômeurs de plus par mois ? » Quelqu’un a-t-il une réponse ? Silence assourdissant. Donc je pronostique moins de cent commentaires sur le sujet ici et moins de dix ailleurs:
http://www.newsring.fr/societe/1473-faut-il-nationaliser-lusine-de-florange/23729-jacques-attali-a-dit-quotcest-une-industrie-du-passe-et-depasseequot
Réponse de lucien – 9 décembre 2012 15 h 50 min
@Attila :
Ceux qui ne ne sont pas concernés baissent la tête et regardent ailleurs.
Je n’ai pas cette chance et je suis à la fois trop vieux et pas assez vieux.
Cadre Sup d’une usine en France qui marchait très bien jusqu’à présent, je découvre les intentions de notre groupe, placer NOTRE Usine dans un des pays émergeants.
Voilà, encore un petit groupe de 140 personnes qui rejoindra les 50 000 mensuels.
Attili, je fais quoi maintenant ?
Répondre Signaler un contenu abusif
Voter 1
Réponse de jf59 – 9 décembre 2012 18 h 15 min
@Attila : je pense que ce serait une question mal posée, qui ne se soucierait que des conséquences et pas des causes.

La véritable question, honnête, serait donc : pourquoi y-a-t-il 50 000 chômeurs de plus par mois ?

L’exemple de l’entreprise de robotique neurologique est révélatrice. Cette entreprise est tout-à-fait remarquable. Mais combien d’emplois ? Qui a fabriqué le robot ? Qui a fabriqué les PC et les composants électronique ? Qui a fabriqué l’imagerie médicale ?

Comment se fait-il que la Silicon Valley a un taux de chômage de plus de 10% ? Et que la Californie est en faillite ?

Et qui, entre un créancier et un débiteur n’a aucun intérêt à l’inflation, et donc à maintenir un chômage élevé ?
Attila – 9 décembre 2012 15 h 43 min
En France, il y a beaucoup d’idées mais pas de pétrole, ni bientôt d’acier:
http://www.slate.fr/story/43235/elections-chomage-mode-emploi-attali
Réponse de lucien – 9 décembre 2012 15 h 50 min
@Attila :
Ceux qui ne ne sont pas concernés baissent la tête et regardent ailleurs.
Je n’ai pas cette chance et je suis à la fois trop vieux et pas assez vieux.
Cadre Sup d’une usine en France qui marchait très bien jusqu’à présent, je découvre les intentions de notre groupe, placer NOTRE Usine dans un des pays émergeants.
Voilà, encore un petit groupe de 140 personnes qui rejoindra les 50 000 mensuels.
Attili, je fais quoi maintenant ?
Répondre Signaler un contenu abusif
Voter 1
Réponse de jf59 – 9 décembre 2012 18 h 15 min
@Attila : je pense que ce serait une question mal posée, qui ne se soucierait que des conséquences et pas des causes.

La véritable question, honnête, serait donc : pourquoi y-a-t-il 50 000 chômeurs de plus par mois ?

L’exemple de l’entreprise de robotique neurologique est révélatrice. Cette entreprise est tout-à-fait remarquable. Mais combien d’emplois ? Qui a fabriqué le robot ? Qui a fabriqué les PC et les composants électronique ? Qui a fabriqué l’imagerie médicale ?

Comment se fait-il que la Silicon Valley a un taux de chômage de plus de 10% ? Et que la Californie est en faillite ?

Et qui, entre un créancier et un débiteur n’a aucun intérêt à l’inflation, et donc à maintenir un chômage élevé ?

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s