Que peut-on espérer de 2013 ? (JA)

Attila – 1 janvier 2013 10 h 19 min
« Les bonnes résolutions (ndlr: càd l’optimisme) sont des chèques tirés sur une banque où l’on n’a pas de compte courant. »
de Oscar Wilde
Réponse de patrice – 2 janvier 2013 10 h 36 min

@Attila : Ce qui importe, c’est que la banque paye.
Réponse de patrice – 2 janvier 2013 13 h 42 min
@Attila : d’ailleurs, la Ve République n’a pas fait autre chose: abuser du crédit de l’Allemagne pour ne pas faire de vagues dans la rue et pouvoir voyager gratuitement en avion.
Attila – 5 janvier 2013 11 h 14 min
« L’imagination est plus importante que le savoir. »
de Albert Einstein
Exemples:
– Le Paris-Dakar de cette année prend son départ à Lima, Pérou et finit à Santiago, Chili
– Qui n’a pas nommé chameau un dromadaire ? alors qu’on devrait appeler un chat un chat…
Alors parler de crise, LBO, ABS, CDO, CDS, … I’m FED up! Que des mots …
Que 2013 soit l’année de l’imagination: ainsi nous saurons que la Russie est une grande démocratie, que la Chine est … tout et son contraire. Tout est donc rêve, fantasme, le yin et le yang. Même le boson de Higgs serait une particule dual. Donc, même Einstein n’aurait pas changé d’avis.
Réponse de inthesky – 5 janvier 2013 11 h 31 min
@Attila : Attila, ce sont des choses concrètes!
Réponse de Attila – 5 janvier 2013 12 h 37 min
@inthesky : Guy Abeille, concepteur de l’indice PIB: « C’est bien, 3% […] 1% serait maigre, et de toute façon insoutenable […] 2% serait […] serait inacceptablement contraignant, et donc vain; et puis, comment dire, on sent que ce chiffre, 2% du PIB, aurait quelque chose de plat, et de presque fabriqué. Tandis que trois est un chiffre solide; il a lui d’ailleurs d’illustres précédents (dont certains qu’on vénère) » (Abeille, 2010) dans « Misère de la pensée économique » par Paul Jorion, p.320
Des choses concrètes ? Joseph Stiglitz, qui a fait faire de vrais miracles à Bill Clinton à la fin de son deuxième mandat, vous prouverait le contraire. Lire son livre « Quand le capitalisme perd la tête », parmi d’autres de lui et d’autres.

Réponse de jf59 – 5 janvier 2013 12 h 30 min
@Attila : et Napoléon disait « L’imagination gouverne le monde ».

Inthesky a raison, ce sont des choses très concrètes.

Je vais vous donner du palpable pour vous montrer que sous cette volontaire complexité se cache du concret : chaque contribuable soumis à l’impôt sur le revenu français paiera 3000 euros cette année pour rembourser les intérêts à la bande d’usuriers privés que personne ne connait. Et si vous vivez en couple, ce sera 6000 euros. Et ce sera plus en 2014, 2015 etc. Dans le même temps, « il faut faire des efforts » et voir se réduire les prestations et supprimer des classes à l’école. C’est plus concret comme ça ?

Mais cette bande d’usuriers essaie, avec le temps, de faire de l’usure une espèce de matière scientifique, avec des algorithmes et des termes à la noix. Ils ne valent pas mieux en fait que les astrologues des magazines télé qui feraient des équations pour déterminer la probilité de la couleur de vos hortensias cet été : roses, bleus ou violets ?

Appelez donc la finance mondiale l »Usure », ce sera plus simple à comprendre.

Et comme c’est opaque, comme vous le dites, et incompréhensible, ça permet de faire les poches des braves gens en douce sans qu’ils s’en rendent compte. Ce que Marx disait par ceci : « Pour obtenir le contrôle total, deux ingrédients sont essentiels : une banque centrale, et un impôt progressif, pour que les gens ne s’en rendent pas compte. »

Et comme le disait Henri Ford, le roi des voitures : « Il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. »

On a connu des ouvriers monter les échelons jusqu’à devenir PDG de grands groupes ou 1er Ministre, comme Pierre Bérégovoy. Chez les mafieux, c’est la meme chose. Certains commencent en bas, à vendre du crack aux carrefours et à prêter de l’argent avec taux d’usure. En cas de mauvais remboursement à ces gentils prêteurs, l’emprunteur se voit casser les doigts, puis le bras, puis sa famille y passe, jusqu’à ce qu’il rembourse. Puis certains montent les échelons, jusqu’à prêter des centaines de milliards d’euros en empruntant à taux 0 à la Banque Centrale pour refourguer à 5% ou plus à d’autres, quitte pour cela et de manière légale voter des austérités et gréer des millions de chômeurs. Mais attention, hein, c’est pour notre bien que les banques ont été renflouées : c’est pour nous éviter de perdre nos économies !

Qui a dit que l’ascenceur social était en panne ?
éponse de inthesky – 5 janvier 2013 19 h 17 min
@jf59 : Je n’allais pas aussi loin dans le concret mais je pensais par exemple au fait qu’un LBO, ça consiste:
– A s’endetter pour acheter une entreprise
– A utiliser la trésorerie générée par l’entreprise pour rembourser la dette.
Si vous êtes optimiste et que le LBO dure peu (5-6 ans), vous allez lever un max de dette (levier élevé) et utiliser presque toute le tréso disponible pour la rembourser. Puis vous revendez. Vous avez fait une culbute magnifique avec l’argent de la banque ou du préteur et vous laissez une boîte exangue (mais vous vous en tapez puisque vous avez revendu).
Si ça va mal, vous arrêtez de rembourser la dette, l’entreprise plonge et la banque avec. Pas de bol, la dette a été « packagée » et revendue à une autre banque, un hedge fund etc. Votre banque a vendu la dette mais elle a racheté celle des autres… Vous générez du systémique comme avec la dette immobilière aux USA.
Vous avez des petits LBO mais aussi d’énormes LBOs à plusieurs milliards de dollars. Vous mettez ça ensemble en période de récession, vous pensez que votre banque est « too big to fail » et vous savez, en tant que particulier ce qui vous attend: Vous allez payer la dette avec vos impôts.
C’est ça que j’appelle du concret.
Comme je disais plus haut, il y a des pays où c’est interdit, ce n’est pas pour rien.

Réponse de samcha96 – 6 janvier 2013 8 h 57 min
@Attila : Je vais finir par croire qu’Einstein est très cité en ce début d’année. C’est la citation du mois de Club espace 21. C’est effectivement l’imagination qui manque. Lorsque l’imagination est présente, c’est l’écoute qui fait défaut. Essayez de passer un message, une proposition, c’est impossible, si vous ne faites pas partie du réseau.
Réponse de Attila – 6 janvier 2013 15 h 42 min
@samcha96 : Y-a-i-il une seule chose qui soit sûre en ce monde ? On peut se poser cette question légitime, à preuve ce défit lancé par un gamin de quinze ans à Einstein lui-même, rarement remis en cause par ses paires car il était protégé par son imagination débordante qui lui a permis de mieux synthétiser les travaux des autres physiciens jusqu’à obtenir un prix Nobel ou la notoriété avant les auteurs originaux (Max Planck pour l’effet photo-électrique, Henri Poincaré et autres (notamment sa première femme) pour les théories mathématiques et la relativité):
http://www.rfi.fr/france/20130106-france-lyceen-neil-ibata-15-archimede-decouverte-cnrs-galaxie-nature
Lui qui disait « Dieu ne joue pas aux dés » et haïssait le côté hasard dans la mécanique quantique (qu’il a pourtant le mieux synthétisé en introduisant l’idée de la nature duale de la particule en onde et en quanta) aurait le réveil rassurant en apprenant que les galaxies naines tournant autour des grandes galaxies ne sont pas le produit du hasard mais d’une loi déterminée de la mécanique céleste. Donc, restons modestes …
http://www.rtbf.be/video/detail_le-petit-genie-plus-fort-qu-einstein?id=1789090
et
http://fr.wikipedia.org/wiki/Controverse_sur_la_paternit%C3%A9_de_la_relativit%C3%A9

Attila – 5 janvier 2013 12 h 12 min
« …Vous voyez que je ne perds pas de vue le projet d’être riche. Et puis, quand nous aurons bien travaillé et que nous serons riches … nous mourrons » Denis Diderot à sa maîtresse Sophie, extrait de « Diderot ou le bonheur de penser » par JA, p.211
Réponse de Attila – 5 janvier 2013 15 h 30 min
@michel1954 et raymond75: ceux qui veulent nous sucrer la pilule pour mieux nous la faire avaler (qu’ils soient des sociaux-démocrates ou libéraux, en excluant les extrémistes de tout bord pour rester décent) font de la « procastination », c’est le nouveau mot pour les hésitants, ceux qui remettent à demain ce qui doit être fait sur le champ, comme les bonnes résolutions qui, après trois jours, sont périmées. Quand les transactions financières se font par des machines qui prennent des décisions en qq nano-secondes, les pays ne peuvent plus être dirigés par des « normaux ».

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s