Monnaies virtuelles, mondes réels (JA)

Réponse de a1mot – 15 avril 2013 18 h 19 min
Désolé pour ce « billet » (« note ») d’humeur très approximatif du reste (je voudrais galoper plus vite que l’inflation et qu’Attila), mais qui ne porte pas atteinte au monopole bancaire, lequel n’est curieusement pas décrit sur Wikipedia.
https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Monopole_bancaire&action=edit&redlink=1
Fatigué du virtuel, de la monnaie, des réglementations élaborées par des représentants du peuple parfois décrits par Audiard, Verneuil, Gabin, Simenon, etc comme des VRP en quelque sorte du « gros capital! »
Vertige en voyant la longueur de vue de notre hôte au sujet (entre autres) des monnaies non nationales, dans une de ses conversations d’avenir sur La Chaîne Parlementaire.
Voilà, je tente de me « racheter » de mes digressions mal-t’à-propos, mais je voudrais ne plus dépendre de la monnaie, ni de l’argent.
Ah, tiens, à propos, il y avait Goldfinger (qui voulait irradier l’or de Fort Knox, il paraît qu’il y en avait beaucoup), maintenant grâce à Tchernoble et Fu.kshima il y a l’argent radioactif, et ce n’est ni virtuel ni du gros bêta (enfin, quoique…).
.
Réponse de Attila – 17 avril 2013 9 h 16 min
@juannessy :
antidote, antidote, vous avez dit antidote ?:
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18374648&c
Réponse de patrice – 17 avril 2013 10 h 07 min
@Attila : ce pourrait être le titre d’une tragédie grecque; je m’y mettrai quand j’aurai terminé l’Histoire de Ma Vie.
Attila – 18 avril 2013 15 h 45 min
Comme chantait Jacques Dutronc (qui n’est pas encore descendu de son arbre …), « mais qui se soucie de nous ? ». En tout cas pas les « C » CEO, COO, CFO puisque l’intérêt du peuple est le moindre de leur souci comme l’a souligné Paul Jorion hier soir à Bruxelles, remplaçant à pied levé notre hôte qui se « baladait » entre Changaï et New York. On a beau vivre sept vies mais pas encore se trouver à deux endroits simultanément:
http://www.pauljorion.com/blog/
Réponse de BRUNOAR – 18 avril 2013 17 h 07 min

@Attila :

Jeudi 18 avril 2013 :

L’euro n’est plus une monnaie unique !

Ce sont deux articles dans des journaux allemands qui ont révélé l’affaire : Die Welt a publié dimanche 14 avril un article intitulé « La planche à billets incontrôlable », alors que son confrère l’hebdomadaire Wirtschaftswoche accuse la Banque de France d’être l’éminence grise qui a incité la BCE à violer ses règles de fonctionnement.

http://www.welt.de/finanzen/article112420942/Die-europaeische-Notenpresse-geraet-ausser-Kontrolle.html

http://www.wiwo.de/politik/europa/banque-de-france-die-graue-eminenz-hinter-der-ezb/7599876.html

De quoi s’agit-il exactement ?

La BCE a mis en place un marché baptisé STEP qui permet aux banques centrales nationales, comme la Banque de France, d’échanger avec la BCE des actifs toxiques contre de l’argent frais.

En clair, cela veut dire que la Banque de France transforme dans ses comptes des titres qui ne valent potentiellement plus que des clopinettes en de bons vrais Euros bien réels.

Les journalistes allemands accusent la Banque de France d’avoir transformé cette lessive artisanale du linge sale des banques françaises en une lessiveuse industrielle, afin d’épurer les actifs toxiques qui plombent les comptes des quatre plus grandes banques françaises, notamment le Crédit Agricole, dont les bilans seraient gravement dans le rouge.

Pour les Allemands, transformer du papier sans valeur en Euros, c’est faire fonctionner la planche à billets, chose qui reste leur pire cauchemar depuis l’hyper-inflation de la république de Weimar.

Mais au delà des réticences de l’Allemagne, cette planche à billets franco-française qui contourne les règles de la BCE, avec sa complicité, sonne le glas de la monnaie unique Européenne.

En effet, il y a désormais plusieurs Euros.

Pour les Grecs et les Chypriotes, c’est l’Eurodrachme, une monnaie forte imposée par l’Allemagne. Pour sauver leurs banques, on ruine le pays, on se sert dans les comptes des particuliers, mais pas question de faire marcher la planche à billets.

Pour sauver le Crédit Agricole, on invente l’Eurofranc, une monnaie qui faiblit puisqu’on en produit des masses à partir de rien.

Evidemment, l’Euro reste la monnaie commune, mais ce n’est donc plus une monnaie unique. C’est comme si le taux de change entre l’Eurofranc, l’Euro-drachme était fixé arbitrairement comme le fait la Chine pour le Yuhan, un équilibre fictif. Voilà donc que réapparait une sorte de « serpent monétaire européen » où chaque pays fait fluctuer le volume de monnaie dans son coin.

Si on en est venu là, c’est pour une raison simple : le système de l’Euro fort n’est pas viable car il ruine les pays du sud dont l’économie n’est pas capable d’équilibrer les échanges avec l’Allemagne.

Jusqu’à présent, l’Allemagne a imposé sa vision d’Euro fort en écrasant les pays du sud sans pitié, mais elle ne peut pas se permettre de se comporter avec la France comme elle l’a fait avec la Grèce, le Portugal ou Chypre. Imagine-t-on une troïka venir à Paris donner des ordres au peuple français ? Ca serait la révolution. Aussi, l’Allemagne a bien dû accepter que la France fasse ce qu’elle a interdit à Chypre et à la Grèce : jouer les faux-monnayeurs aux dépens des autres pays de l’Eurozone.

Mais cette situation nouvelle n’est pas moins intenable que la précédente. La France évitera à moindre coût la faillite des ses quatre grandes banques en transférant leurs actifs toxiques à la BCE, c’est-à-dire en nationalisant les pertes, mais on ne peut pas imaginer que la France utilise indéfiniment son monopole de faire de la planche à billets sans que l’Eurozone n’explose, soit à cause de la révolte des autres pays qui jouent le rôle de vaches à lait, soit à cause des tensions au sein de ce « serpent monétaire européen » nouveau genre.

Tout va très bien madame la marquise.

Tout va très bien, tout va très bien !

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-euro-n-est-plus-une-monnaie-134470

Attila – 20 avril 2013 15 h 47 min
Davos où un homme sensé est venu du froid:
https://fbcdn-sphotos-h-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/v/907840_10200388079416390_343061707_n.jpg?oh=cc8115e6098305a9f2cd16cea52152fb&oe=5174C695&__gda__=1366646759_f
Attila – 21 avril 2013 11 h 01 min
Si la perfide Albion quitte l’UE, nous allons regretter une chose, la liberté d’opinion dont sont munis le gênes anglais:
http://www.dailymotion.com/video/xz2y01_glenda-jackson-les-mots-qu-il-faut-pour-le-dire_news
Attila – 22 avril 2013 10 h 37 min
Enfin il ne nous reste qu’un cri du désespoir en dépit de/… par dieu ou bel mondo:
https://fbcdn-sphotos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/560203_10151545370847287_1699686784_n.jpg

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s