Un monde en marche (JA)

Attila – 21 octobre 2013 16 h 15 min
Les immigrants viennent en Europe, quelle est la langue de l’Europe qu’ils devraient connaître? Ils ont le choix parmi 24 pour l’instant … Est-ce raisonnable? Le choix devrait être limité, pour l’instant à trois langues: anglais, français et allemand. Que diront les espagnols, italiens, etc?

Réponse de Daregor  – 23 octobre 2013 18 h 13 min

@Attila :
Bonjour, Je suppose que vous connaissez comme moi des pays tels que la Belgique (partie Flandre), la Suède, le Danemark, et bien d’autres. En fait des petits pays qui possèdent une ou plusieurs langues nationales qui sont peu ou pas palrées en dehors de leurs frontières, mais qui sont des pays à l’économie exportatrice assez florissante. Leur secret est simple, la plupart des habitants de ces pays sont bilingues (Anglais + langue locale) ou au moins s’expriment correctement en Anglais. Qu’on le veuille ou non, l’Anglais sera la langue européenne; mais si la GB reste à ses frontières. Cela n’empêchera pas d’autres langues de continuer à être parlées. Les capacités du cerveau humain sont sans limite.
Les immigrants auront le choix entre l’Anglais et la langue locale du lieu de leur implantation. Et bien sûr, les deux sont préferrables. Cette adaptation s’est faite sans trop de problème dans tous les pays des Amériques qui est la première terre d’immigration. Les descendants des Allemands et des Japonais qui ont immigrés au Brésil dans la première partie du siècle dernier parlent parfaitement le Portugais (variante Brésilienne).
La langue n’a jamais été un obstacle dans l’espace d’une génération.

Attila  – 21 octobre 2013 17 h 34 min

« Il n’y a pas de richesse sans créativité, ni de créativité sans démocratie. »
de Jacques Attali [+]
Extrait de Lignes d’horizon

Réponse de patrice  – 21 octobre 2013 20 h 34 min

@Attila : mais il n’y a pas non plus de démocratie sans un estomac plein; comme on disait en Sarre en 1947: « l’essentiel, c’ est d’avoir bien mangé »; c’est le titre d’une pièce de théâtre. On a beaucoup à apprendre de la sagesse sarroise.

Réponse de inthesky  – 22 octobre 2013 7 h 03 min

@sylvie : Je suis d’accord avec vous.
.
La France est fétichiste de sa culture. Elle croit que sa culture est tellement au dessus des autres, que toute personne qui s’y installe doit l’adopter. C’est comme ça qu’on crée de l’exclusion alors que celui qui est bien dans ses racines est plus ouvert aux autres et s’intègre mieux.
.
Je sens que je vais me faire démolir par qui je sais…

Réponse de sylvie  – 22 octobre 2013 10 h 21 min

@inthesky : oui, on sous-estime grandement le traumatisme que cela représente de renoncer à sa langue et à sa culture. Certains ont migré non par souhait, mais par nécessité (dont de trop nombreuses femmes) et ils ont besoin d’être accompagnés dans leur apprentissage parallèle de la langue et de la culture française. Une langue/une culture n’exclut en aucun cas l’autre.

Réponse de Attila  – 22 octobre 2013 11 h 52 min

@inthesky : C’est beau les grands sentiments et, si on est vraiment altruiste, il faut se mettre à la place des immigrés de première génération pour dire que leurs enfants s’intégreraient mieux s’ils parlaient d’abord leur langue maternelle. Quid des 2ème, 3ème, … générations? Faut-il attendre qu’ils aient créé des communautés bourgeoises comme les juifs (dixit notre hôte) pour s’intégrer? Peut-être, mais il serait plus efficace si on les aidaient un peu en … les poussant un peu car nous sommes dans une société qui n’a plus le temps d’aller lentement.
Actuellement, il y a un peu plus de 6000 langues dans le monde. Il en disparaît environ 25 par an, et il faudrait donc environ 240 ans pour arriver à garder une seule langue mondiale. Oui, les langues comme les civilisations sont faites pour mourir, ex. le grec, le latin. Sans vouloir tomber dans ce piège à cons comme raisonnement, il faudrait au moins retenir quelle évolution se présente devant nous.
L’UE a pour l’instant 24 langues nationales; si on y ajoute les dialectes locaux que certains veulent faire revivre comme langues (flamand, wallon, basque, breton, etc) il y aurait plus de 50 « langues ». Pour les réunions officielles, il y a trois langues: anglais, allemand, français, ce qui est une très bonne chose. L’enseignement d’une langue étrangère est très laborieux, coûteux et peu efficace, les preuves sont multiples et criantes. Les coûts des traductions orales et écrites au sein de l’UE est énormes et le syndicat des traducteurs officiels est le plus fort du monde. Une traduction en 24 langues des comptes-rendus d’une réunion plénière au Parlement Européen résulte en l’impression de papier d’une hauteur qui fait deux fois la Tour Eiffel! Sans parler des pertes de temps … Alors, réveillons-nous car notre richesse en nombre de langues est devenue un handicap et arrêtons de crier sur nos chaises: « mes racines, mes racines, mes racines ». Car l’homme descend du singe, et Jacques du tronc et ne connait pas de racines (Racine). Il est nomade, donc immigrant, se baladant de part le monde avec une seule langue … universelle.

Réponse de inthesky  – 22 octobre 2013 11 h 59 min

@Attila : ceci n’exclut pas cela et vice versa.

Réponse de sylvie  – 22 octobre 2013 12 h 06 min

@Attila : le grec est tout sauf mort, il y a une continuité entre le grec ancien et le grec nouveau, et quant au latin, ceux qui l’apprennent ont accès beaucoup plus vite au français, à l’espagnol, à l’italien.
Connaissez-vous la jouissance d’une langue, des nuances, des concepts différents, une histoire linguistique différente, une musique différente ?

Réponse de Attila  – 22 octobre 2013 14 h 12 min

@Inthesky, Sylvie: On ne peut être que d’accord, mais … c’est ce que je me suis dit à Dubrovnick il y a 17 jours: quel belle ville, quelle belle histoire, quel beau peuple, quel beau pays, mais quelle langue difficile! Bien sûr, comment peut-on rester insensible aux richesses cachées des langues, aux expressions populaires tellement fleuries et nourries de vie réelle, aux connotations, aux sous-entendus, aux double-sens, aux non-dits surtout après un régime répressif, etc. Mais il est vrai aussi que, moins une langue est parlée par un petit nombre, moins elle est riche en mots, en expressions. A quoi bon connaître « pain, sucre, café, eau, … » en 24 langues? En flamand, dialecte régional (anversois, gantois, ostendais ne se comprenaient pas) devenu « néerlandais » depuis les années 1980 par volonté politique, « gant » se dit « handschoen » càd « chaussure de main », c’est plus fleuri mais est-ce que cela enrichit une langue?. La mort des langues (comme le grec et le latin) n’est vraie que pour leur usage populaire; elles resteront vivantes pour les linguistes tant qu’elles auront de l’intérêt culturel ou autre.

Réponse de michel1954  – 22 octobre 2013 14 h 32 min

@Attila : le grec ancien est mort au sens précis où il n’est plus une langue véhiculaire. Ce qui n’est pas le cas pour toutes les langues anciennes. Par exemple araméen, la langue du Christ, est aujourd’hui encore parlée dans le monde. Mais l’enseignement du latin périclite, c’est très dommage. Ce n’est pas seulement qu’il favorise l’apprentissage des langues modernes que le fait qu’on ne saurait comprendre le monde moderne sans connaître le monde latin.

Réponse de Attila  – 25 octobre 2013 9 h 21 min

@Attila : Exagéré, exagéré, exagéré, vous avez dit exagéré? En attendant que le dieu Google, facebook ou autre nous apprenne quelle langue nous devrions parler dans le futur, essayons d’en inventer à qui mieux-mieux:
http://www.rtbf.be/radio/player/lapremiere?id=1864417&e=

Et je vous sers encore un peu de café serré, please sir?:

http://www.rtbf.be/radio/podcast/player?id=1864401&channel=lapremiere

Attila  – 23 octobre 2013 11 h 31 min

Les régimes « forts » ne mettent pas de gants pour se débarrasser des immigrants qu’ils traitent comme des mouchoirs en papier: http://jn.lesoir.be/#/article/88791 en version abonné, malheureusement. Mais on devine aisément le contenu de l’article.

La même chose se passe au Qatar pour la construction du championnat de foot de 2022 avec des ouvriers immigrés venant d’Asie, mais en pire.

Dans les deux cas, Human Rights Watch et Amnesty International sont très actifs, bravo!

Attila  – 24 octobre 2013 15 h 24 min

Une société, comme une corde, que l’on tire des deux bouts finit par rompre:
http://www.utrend.tv/v/9-out-of-10-americans-are-completely-wrong-about-this-mind-blowing-fact/
Mark Zuckerberg, patron de Facebook, a gagné 2 milliards 300 millions de dollars en 2012 …

Attila  – 24 octobre 2013 16 h 31 min

Et comme dessert, vous prendrez bien un peu de « capitalisme patient »?:
http://www.franceinfo.fr/societe/un-monde-d-idees/jacques-attali-les-dirigeants-occidentaux-font-du-madoff-1186749-2013-10-23
L’Amérique accepte d’augmenter le plafond de sa dette, et le monde applaudit. You don’t kick a dead dog …

@Attila : désolée, j’ai vu trop tard que vous l’aviez déjà posté. Avez-vous une parenté avec Lucky-Luke ? :)

Réponse de Attila  – 26 octobre 2013 12 h 22 min

@sylvie : Demandez à mon cheval qui connait bien celui de Lucky, qui n’est pas son concurrent, n’ayant aucun sur la terre  :).
En tant que chef des Huns et m’étant converti en généticien ces derniers temps, je me suis demandé si les remue-méninges sur les immigrés qui fleurissent ici comme ailleurs ne tenaient pas des invasions barbares (les Wisigoths, Ostrogoths, Huns, Vandales venant de l’Est) que l’Europe a subi dès la chute de l’Empire romain, à cette différence près que les nouvelles invasions viennent du Sud (Afrique) et qu’elles ne sont pas armées, seulement armées de patience (comme disait notre hôte ci-dessus pour le capitalisme).
Pour en revenir à la génétique, science révolutionnaire qui bouleversera peut-être notre monde future, je me suis mis à comparer ces nouveaux envahisseurs à des Zygotes qui viendraient chercher des Gamètes avec qui faire des parties de jambes en l’air … http://fr.wiktionary.org/wiki/zygote pour ainsi revigorer la population d’une Europe vieillissante. Du sang neuf, quoi. Métissage, métissage … voir le dernier livre d’Alain Finkielkraut  L’Identité Malheireuse  L’Identité Malheireuse et les polémiques qu’il a soulevées. La femme est l’avenir de l’homme, la génétique le montre abondamment.

Réponse de jf59  – 26 octobre 2013 13 h 13 min

@Attila : à l’époque, y-avait-il des raisons pour que le grand patronat romain, mené entre autre par Franciscus Bouygus, pousse à l’immigration ?

Je crois savoir en effet que les salaires des ouvriers et employés romains était important, alors que les Huns, les Wizigoths et les Vandales n’étaient payés que 3 sesterces de l’heure. Il ne fallait quand même pas que les ouvriers romains sur les chaines de montage des charrues n’en demandent trop.

Et en pleine Guerre Froide de l’époque, subsistait toujours le risque d’insurrection révolutionnaire que pouvait mener la CGT, et le risque de grève générale que celle-ci faisait planer sur le Capital, euh pardon le Capitalus.

Et c’est marrant, les immigrés de l’époque ramenés par le patronat romain pour montrer aux ouvriers romains que s’ils ne sont pas contents, il y en a d’autres qui sont prêts à travailler autant pour 10 fois moins cher, comme dans l’Empire de Germanie où le Smic (on disait Smicus à l’époque) n’existe pas, les Huns, les Wizigoths et les Vandales furent massivement inscrits dans les syndicats jaunes…

Vous connaissez les syndicats jaunes ? On les oppose aux syndicats rouges…

http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndicalisme_jaune


Ah non, zut, encore une théorie du complot.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s