LA DICTATURE DE LA CONSOMMATION (JA)

Attila – 26 août 2014 16 h 32 min
« Ainsi verra-t-on se développer une vision irénique du monde, où tout est facile, abondant et drôle, très différente de la réalité du travail, où tout est difficile, rare et sérieux…
Ainsi verra-t-on se développer une vision irénique du monde, où tout est facile, abondant et drôle, très différente de la réalité du travail, où tout est difficile, rare et sérieux… »
Décidément, cette chronique est ironique, si pas comico-tragique car nous connaissons tous de ces paradis ou de ces enfers. Si on nous demandait où nous aimerions passer notre vie terrestre, il n’y aurait pas photo … Passons.
En économie, invention purement humaine car oubliée par toutes les divinités, sauf pour la charité chrétienne ou autres (ex. tu gagneras ton pain à la sueur de ton front), il y a autant de chapelles que d’économistes. J’en cite un que JA a sûrement lu : « La principale force déstabilisatrice est liée au fait que le taux de rendement privé du capital r peut être fortement et durablement plus élevé que le taux de croissance du revenu et de la production g. L’inégalité r>g implique que les patrimoines issus du passé se recapitalisent plus vite que le rythme de progression de la production et des salaires. Cette inégalité exprime une contradiction logique fondamentale. L’entrepreneur tend inévitablement à se transformer en rentier, et à dominer de plus en plus fortement ceux qui ne possèdent que leur travail. Une fois constitué, le capital se reproduit tout seul, plus vite que ne s’accroît la production. Le passé dévore l’avenir. » Le capital au XXIe siècle par Thomas Piketty, p.942

joe le 26 août 2014

Pour quelqu’un qui vise à « déréglementer » plus de 100 professions du privé, autant dire tout le secteur privé, taxés de voleurs par tout l’Elysée (votre seconde maison ?)votre article sur la basse et médiocre consommation de manque pas de sel…

Réponse de Laogorus le

Oui ! pour sûr Joe !
Ce que j’ai écris « à chaud » juste après toi (sans t’avoir lu avant) est révélateur !

Alors notre >b>François Hollande son poulain institutionnel va-t-il continuer d’être drivé par lui plutôt qu’écouter nos propos éclairés ? … Le tout dans la même enveloppe toujours intelligente, au fait des derniers rebondissements de la conscience des peuples dont ils font partie, qu’ils le veuillent ou non …

Voilà donc quelques derniers mots qui devraient plaire à un autre attila

Réponse de Attila  – 27 août 2014 15 h 21 min

@Attila : Extrait de « Petite philosophie à l’usage des non-philosophes » par albert Jacquard, chapitre « Travail »:
« La chose la plus importante à la vie, c’est le choix du métier » Blaise Pascal
Q: le mot travail est utilisé sans cesse, et dans des acceptions très diverses. Laquelle retenez-vous ?
R: C’est par une définition qu’il faut commencer. Le mot « travail » porte les pires ambiguïtés; il est utilisé aussi bien pour désigner les activités imposées, fatigantes pour l’esprit comme pour le corps, destructrices, que pour les activités choisies, sources de joie et de dignité. En utilisant un mot unique, on amalgame des situations totalement opposées; les phrases où il figure peuvent devenir de véritable pièges. Étymologiquement, le travail est une « torture » (tripolium); pour les théologiens, il est une malédiction divine; pour les économistes, il est le bien suprême dont chacun doit avoir sa part et dont, hélas pour eux, les pauvres chômeurs sont privés. Devant une telle incohérence, il est nécessaire de choisir le sens attribué aux mots … à lire. Qu’en pensent nos ministres du travail ou des travaux forcés?

Réponse de Attila  – 29 août 2014 11 h 50 min

@Raymond75 : Le jour où l’on créera le Prix Nobel des polémiques/contre-vérité/bavardages/de-tout-et-de-rien/etc … on connait quel pays aura le plus de palmarès: http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/08/28/cambadelis-le-social-liberalisme-ne-fait-pas-partie-de-notre-vocabulaire_4477927_823448.html ceci n’étant pas, bien sûr, un jugement mais un constat. No comment …

Réponse de Attila  – 29 août 2014 11 h 50 min

@Raymond75 : Le jour où l’on créera le Prix Nobel des polémiques/contre-vérité/bavardages/de-tout-et-de-rien/etc … on connait quel pays aura le plus de palmarès: http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/08/28/cambadelis-le-social-liberalisme-ne-fait-pas-partie-de-notre-vocabulaire_4477927_823448.html

ceci n’étant pas, bien sûr, un jugement mais un constat. No comment …

Réponse de Attila  – 31 août 2014 11 h 36 min

@Attila : Grâce à un journal de droite (qui a l’air de connaître mieux la gauche qu’elle-même), la gauche, espérons-le, aura peut être retrouvé ses esprits et permis à la France d’être la digne patrie de Descartes car, enfin, … le libéralisme est de gauche, nespa?: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/08/29/31001-20140829ARTFIG00346-le-social-liberalisme-qu-est-ce-que-c-est.php
Car gauche ou droite, qu’importe pourvu que ça performe (dixit Tony Blair, de mémoire), en réformant.

Bouillon de cultures?:

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/08/29/25002-20140829ARTFIG00289-cambadelis-promet-du-changement-au-ps-pour-calmer-les-esprits.php

http://www.lepoint.fr/politique/jean-francois-cambadelis-le-parti-socialiste-ne-sera-pas-social-liberal-31-08-2014-1858776_20.php#xtor=EPR-6-%5BNewsletter-Matinale%5D-20140901

@Attila :
(je ne commenterai pas un article de plus qui va me faire perdre des neurones mais je ponds quand même un commentaire plus général)
il faudrait créer un Prix Nobel de langues anciennes, par exemple l’ancien français pour éviter l’entropie du cœur
http://www.youtube.com/watch?v=f9ILrzrKEGs#t=134
point-barre./

Réponse de a1mot  – 30 août 2014 10 h 57 min

@Attila :
(( et quand j’écrivais ‘barre’, je ne pensais pas au meilleur économiste de France des 80′s ni à une typographie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Macron
dans les bras d’une nouvelle typographie naissait un nouvel état de choses
‘Objets inanimés… âme
))’

Réponse de Attila le 30 août 2014 9 h 45 min (non publié sur le site de l’Express)

@a1mot : Je pensais que vous étiez chargé par raymondPOINTbarre 🙂 😉 😦 😉 😮
de répondre à sa place, lui-même étant dans les bras d’Morphée à cette heure de sieste légendaire au Sénat, tandis que nous traitions des stars d’ENA et autres écoles sup … Justement, cet été le journal Le Monde sortait un supplément du weekend le 28 juin ayant Thomas Piketty en couverture avec cette mention: comment un économiste est devenu une rock star; ce qui en a fait le fond de ma pensée en envoyant ce commentaire très révélateur de notre époque de super-star et d' »une vision irénique du monde, où tout est facile, abondant et drôle, très différente de la réalité du travail, où tout est difficile, rare et sérieux » … Surtout quand il s’agît de choisir un Président. Bref, j’arrête ici cette masturbation cérébrale, non sans remercier Les Guignols qui en sont à l’origine … tout en gardant mon premier commentaire sur ce billet qui s’intéroge sur les inégalités, sujet du dernier livre de Piketty.

Réponse de Attila  – 29 août 2014 12 h 25 min

@ollivier : A force de voir la fréquence du mot « conscience » dans vos commentaires, on devine facilement vos convictions philosophico-politiques, et surtout que vous parlez de Matthieu Ricard, vous n’êtes pas loin des pensées de Trinh Xuan Thuan, càd de l’anthropisme fort qui, contrairement à l’anthropisme faible de Brandon Carter, est contesté par la grande majorité des physiciens. Me trompé-je? Hors sujet?, pas si on est holiste comme dans le bouddhisme.

Réponse de ollivier  – 29 août 2014 14 h 47 min

@Attila : Intéréssant. C´est une des facettes ( aussi scientifique que philosophique ) de la conscience, dans la mesure où effectivement la relation observateur/observé est loin d´être à sens unique.
C´est ainsi que l´observation de soi enclenche le processus d´exigence personnelle et que l´observation des autres déclenche celui de la valeur de l´exemple.
Quant à M. Ricard et le méditation dont on nous rebat les oreilles et qu´on présente comme une fin en soi, il s´agit en fait du stade zéro de l´éveil de la conscience, une simple mise en disponibilité de l´esprit.
C´est te dire où on en est…

Attila  – 29 août 2014 16 h 30 min

Un scoop pareil, ça doit se savoir: notre hôte aurait donc une pouponnière de futurs présidentiables très précausses:: http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/emmanuel-macron-presidentiable-46485

Réponse de philosespiritam le

C’est un choix et c’est respectable.
Le problème.Il viennent toujours tous de la même école et donc feront toujours les mêmes erreurs et n auront pas de solutions.Les habitudes qui amalgame noblesse anglaise et stature napoléonienne.En somme , du neuf avec du vieux du neuf.
Ou comment ne rien changer dans un monde qui évolue et ou la planète évolue.Un système qui ne sait évoluer est un système mort au mieux stérile dans tous les sens.
Cordialement.

 

Réponse de a1mot le

D’un autre côté, des diplômés qui comprennent, on en cherche plutôt avec des parcours édifiants. Reste à savoir ce qu’ils construiront, et à les aider en restant vigilants.

 

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s