Climat et Croissance | Conversation avec Jacques Attali – Lexpress

viaClimat et Croissance | Conversation avec Jacques Attali – Lexpress.

Attila  – 8 décembre 2014 16 h 54 min

On est donc arrivé à un goulot d’étranglement où des irresponsables, démocratiquement élus on non, décideront de l’avenir, rassurer qu’ils seront absents pour le jour du … jugement dernier. Et si on les congelait pour les réveiller en temps voulu ?

Réponse de  – 8 décembre 2014 20 h 44 min

@Attila : les gens qui décident sont responsables par hypothèse

Réponse de Attila  – 13 décembre 2014 10 h 10 min

@patriceclaude : … ou qui ne décident pas bien. Le jugement sur les responsabilités de la tempête Xynthia servira, espérons-le, d’exemple …

Réponse de  – 13 décembre 2014 11 h 13 min

@Attila : certainement pas; le contrôle de l’autorité administrative par le juge judiciaire, c’est la fin de la séparation des pouvoirs, de la la démocratie et de l’Etat républicain (et le retour à l’époque franque, ou au droit anglo-saxon, c’est la même chose)

Attila  – 9 décembre 2014 10 h 19 min

Sans aucun doute, le sujet de cette semaine est un excellent remue-méninge, la preuve: les commentaires qui pleuvent/pleuvront à vive allure.
Hier, en postant mon commentaire avec un peu de retard que d’hab, je regardais une émission sur le recyclage des déchets ménagers, bien triés en Norvège. Cette activité industrielle nouvelle est une des plus rentables qui existe actuellement: elle fait 10% de croissance annuelle! Les pays scandinaves sont de loin les plus avancés en la matière et se disputent la récupération de déchets à l’intérieur de leurs frontières ou même de plus loin, l’Angleterre étant le premier fournisseur et ils payent grassement cette matière si puante et polluante. Ils incinèrent et tirent de l’énergie équivalente à 25% de celle obtenue par un poids équivalent en pétrole. L’incinérateur d’Oslo fournit ainsi l’électricité à une ville de 36 000 habitants. Pourtant la Norvège est un gros fournisseur de pétrole.

Ce matin en me rasant, ma radio m’apprend qu’en Chine, où 70% de l’eau est impropre à la consommation, l’industrie d’épuration des eaux usées est nécessaire à la survie du pays et elle est trois fois plus rentable que l’économie classique (sur le plan mondial).

D’autres exemples ne manquent pas. Bref, avec l’imagination (et non l’intuition, Ollivier), l’homme, s’il le veut, est capable de changer les situations en mieux. A commencer par la science: les systèmes dissipatifs d’Ilya Prigogine on changé la nature de l’entropie, deux nouvelles particules viennent d’être découvertes par le LHC du Cern qui remettront en question le modèle standard actuel et toute la physique, etc. En économie (ex .Piketty et consorts), les notions de croissance, progrès, égalités, justice sociale, démocratie sont aussi remises en question, etc. Stephen Hawking se pose même la question de savoir si l’intelligence humaine pourra concurrencer l’intelligence artificielle inventée par lui. Et Dieu dans tout ça ?

Réponse de  – 9 décembre 2014 12 h 47 min

@Attila : Les pays scandinaves, comme les pays « rhénans », sont des nations civilisées qui ne sont ne sont pas soumises à la culture et aux valeurs du Far-West et de l’Union Européenne.

Réponse de ollivier  – 9 décembre 2014 23 h 42 min

@Attila : L´intuition n´est pas la garante du « mieux » mais simplement celle du « bien ».
Dans l´univers de la conscience, le mieux n´existe pas plus que le pire.
Comme tu le dis toi-même, l´imagination, elle, n´est garante de rien du tout, ou du meilleur comme du pire, ce qui revient au même.
Mais n´oublions pas que chez l´homme civilisé, reprendre contact avec son intuition est maintenant l´aboutissement d´un chemin, celui de l´éveil de la conscience, de la foi et de la confiance retrouvées, au risque de paraitre quelque peu grandiloquent.
Ce qui d´ailleurs ne me préoccupe guère…

Attila  – 9 décembre 2014 11 h 36 min

Finalement, homo sapiens étant si vicieux, au lieu qu’il décide de se suicider, vaut-il mieux qu’il laisse l’intelligence artificielle aux robots; à moins qu’on ne transmette nos vices aux robots ?!:https://www.youtube.com/watch?v=pfhqWRGihnk

Attila  – 9 décembre 2014 15 h 51 min

Voici le tableau de bord sur la situation climatique de notre planète, à la portée de tous:
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9chauffement_climatique
Alors, comment peut-on jouer le Saint Thomas ou le Claude Allègre comme le fait notre hôte ? L’origine anthropique ET entropique est indéniable dans les domaines des créations d’énergie, des industries depuis moins de deux cents ans, des transports depuis un siècle, de la sur-consommation depuis un demi-siècle, etc.

Réponse de Attila  – 12 décembre 2014 11 h 51 min

@inthesky : … et pour vos copains juifs, le jour du repos c’est le samedi (le sabat). Du haut de votre nuage, en parlant de « travail », vous avez lâché le volcan … du climat ou de la croissance , pour rester dans le sujet. Comme je m’étais engagé en prétendant que le sujet de cette semaine allait provoquer une pluie de commentaires, je me permets donc d’en ajouter un qui, j’espère, ne va pas vous assommer et vous faire tomber parmi nous, pauvres terrestres.

Représentation sémantique de « travail »:

Les synonymes sélectionnés sont :

accouchement, action, activité, affaire, amortissement, application, art, besogne, boulot, bras, bricolage, bricole, brocante, business, canevas, casse-tête, cassement, chef-d’oeuvre, cheminement, corvée, devoir, difficulté, effort, emploi, enfantement, entraînement, entreprise, exercice, exécution, facture, fait, fatigue, façon, fermentation, fonction, fonctionnement, force, forme, gagne-pain, gauchissement, gymnastique, gésine, huile de coude, industrie, intérim, job, labeur, livre, main-d’oeuvre, mal, mal d’enfant, marche, mission, métier, occupation, oeuvre, opération, ouvrage, peine, pensum, place, plan, poste, production, profession, programme, recherche, réparation, rôle, sape, service, situation, soin, spécialité, sueur, tintouin, travail, turbin, tâche, veille, zèle, écrit, élaboration, état, étude, études

86 mots sélectionnés.

Parmi ces nombreux mots manque l’essentiel, càd celui qui est, étymologiquement, à l’origine du mot « travail »: « torture » qui vient du latin « tripalium » : pour les théologiens, il est une malédiction divine; pour les économistes, il est le bien suprême dont chacun doit avoir sa part et dont, hélas pour eux, les pauvres chômeurs sont privés. Devant une telle intolérance, il est nécessaire de choisir le sens attribué aux mots. ((Extrait de « Petite philosophie à l’usage des non-philosophes » d’Albert Jacquard

@Attila : Je ne puis m’empêcher, pauvre pêcheur, d’ajouter que, lors de son expédition en Egypte, Napoléon a épousé sagement la religion musulmane et, peut-être aussi la juive (à vérifier) … ainsi il pouvait tranquillement faire ses siestes … les weekends. On aurait, peut-être, envie de l’imiter :) ;) :D;-)

Réponse de  – 13 décembre 2014 11 h 06 min

@Attila : en latin le mot ‘tripallium » désigne un appareil que l’on utilisait pour ferre les chevaux, d’où une certaine souffrance; le « travail » implique un effort, d’où une souffrance; pour les économistes, le travail est un facteur de production que l’on rémunère par un salaire, par opposition à la terre que l’on rémunère par un loyer et au capital que l’on rémunère par l’intérêt.

Réponse de inthesky  – 12 décembre 2014 14 h 02 min

@Raymond75 : et à tous. Beaucoup de réponses, pour un si petit message. Donc si je comprends bien, travail = aliénation et le travail n’est pas fait pour l’homme, la preuve ça le fatigue. Ce qui explique parfaitement pourquoi les gens défilent dans la rue pour avoir du travail.

Réponse de Attila  – 12 décembre 2014 15 h 35 min

@inthesky : Sur le marché de Bastia, un dimanche, Ivo se promène et , distrait par l’abondance, heurte un gros marteau; aussitôt, il se baisse, attrape le marteau et le lance à plus de cent mètres. La foule se forme autour d’Ivo, en admirant cette performance plus qu’olympique. Une connaissance passe et dit : comment as-tu fait pour lancer ce marteau si loin? et Ivo de répondre: quand j’ai vu cet instrument de travail, je n’en pouvais plus …

Attila  – 14 décembre 2014 9 h 30 min

Ouf, à Lima on a trouvé un petit espoir de sauver le climat (et ça rime en plus), par le plus petit dénominateur commun (ppdc). En route pour Paris, donc. Restons optimiste, Ségo prends l’étendard !

C’est Go!

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s