Penser le monde comme un pays. | Conversation avec Jacques Attali – Lexpress

attila-lehun  – 2 février 2015 17 h 16 min

« … le problème de l’émission de gaz à effet de serre sera bientôt réglé de la façon la plus simple : personne n’en produira plus. »: il faut manger/consommer pour vivre et non pas vivre pour consommer/manger, Les conférences sur l’économie (G20) et celle sur l’écologie devraient se tenir ensemble et décider sur la nécessité d’un gouvernement mondial.

Répondre Signaler un contenu abusif

Voter 4

Réponse de a1mot  – 2 février 2015 18 h 18 min

Manger pour vivre et non vivre pour manger…

Avare2mots:

Répondre Signaler un contenu abusif

Voter 0

Réponse de attila-lehun  – 6 février 2015 11 h 30 min

@attila-lehun :

« Naturellement on peut sauter sur sa chaise comme un cabri, en criant l’Europe, l’Europe, l’Europe … mais çà ne mène à rien ! » (Charles de Gaulle) Remplacez Europe par Monde, et vous aurez: http://fr.wikipedia.org/wiki/Mondialisation

Bon courage, et dommage que l’horizon soit encore bouché pour longtemps, … trop longtemps !

Réponse de Laogorus le

L’Europe existe autant que les USA, la Russie ou la Chine, le Brésil et bien d’autres fédérations implicites. Car dès que ça devient officiel, une pléthore de parasites viennent conseiller, administrer, expert-compter et taxer les membres consistants …

Les « analystes » manquent de jugement … Il est aussi vrai qu’avec trop de jugement ils se retrouveraient au chômage technique … et que donc, leur survie consiste à focaliser sur les petits défauts des gros. Comme une texture sociale pas tout à fait comparable à ce qui se fait chez le voisin, faut bien que chacun trouve son créneaux.

Que l’horizon soit bouché, c’est pas grave, car bientôt une nouvelle « boîte » va sortir d’une « pépinière d’entreprise » : elle s’appellera « Périscope » on navigue à vue … C’est fou comme le génie humain est malin … -_- … et parfois aussi fatiguant …

Rémi le 5 février 2015

Mes amis, je vous invite à taper sur internet, l’appel à la révolution d’une insider, via les mots clés suivant.

« Les coulisses du pouvoir : révélations révolutionnaires de Rama Yade »

La vidéo se trouve sur youtube.

Réponse de Rémi le Concernant l’article, je le trouve de qualité, hormis sur deux points:
-Le premier concerne la possibilité d’une hausse de la demande, par gonflement des actifs.
C’est une erreur d’analyse pour deux raisons:
1.La propension moyenne à consommer des riches, alors que celle des pauvres est faible, donc cible plus efficace, en cas de relance.
2.Cela créerait une bulle artificielle, aboutissant à une crise financière, tant elle entrainerait une deconnexion entre valorisation boursière en hausse exponentielle, et production réelle constante.-Le second concerne la non mention de l’alternative.
En effet, lorsque les problèmes ont été sciemment globalisé(la mondialisation résulte de choix politique), l’on peut adapter le modèle de régulation, à cette échelle.
Mais l’on peut aussi jouer sur l’autre variable, à savoir plutot qu’aggrandir l’échelle de production de normes juridiques à l’échelle des problèmes posés, l’on peut organiser la relocalisation des problèmes à l’échelle de l’Etat-nation, lieu où se produit et s’exerce, actuellement, le droit.
Ce qui présente l’avantage de la démocratie et de l’écologie.2

Répondre

Réponse de attila le D’accord avec vous.
Quant à la vidéo de Rama Yade qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense, voici ce qu’en disait Coluche: « Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit. » Coluche

attila reply on

@Rémi,Butare,Noblejoué, Dalla Vechia, etc:
Si on est intelligent et honnête, on doit pouvoir changer d’avis si la situation l’exige. Notre hôte en donne un exemple à propos de la loi Macron: _ttp://www.challenges.fr/economie/20150206.CHA2856/attali-mitige-sur-la-loi-macron-qu-il-a-pourtant-inspire.html
Quant aux auteurs dans le cadre ou en dehors, je relis au sujet de la chronique de cette semaine: “La fin de la mondialisation” par Francois Lenglet, et “La mondialisation et ses ennemis” par Daniel Cohen, deux façons contradictoires de voir les choses: il ne suffit pas d’avoir des idées, il faut savoir les mettre en pratiques et, malheureusement, les conseilleurs ne sont pas les acteurs. Parmi ces derniers, il y en a qui nous parlent de guerre …

Noblejoué reply on

@ Attila

Merci pour votre lien.
D’autre part, vous avez raison et dire que savoir mettre en pratique ses idées est un plus, et que notre hôte sait se remettre en question, ce qui, dans son cas, fait deux plus.

viaPenser le monde comme un pays. | Conversation avec Jacques Attali – Lexpress.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s